12 octobre 2014 admin

Les populations déplacées internes

Alors que les populations réfugiées hors de leur pays font généralement l’objet d’une forte médiatisation, le sort des personnes déplacées internes reste trop souvent occulté. Pourtant, ces populations qui fuient, à l’intérieur de leurs propres frontières, les zones de combat ou de catastrophes naturelles, participent pour une large part d’une réalité géopolitique et humanitaire d’une ampleur considérable. En effet, tous continents confondus, ce sont plus de 33 millions de personnes déplacées internes qui auraient fui une zone de crise en janvier 2014, et près de 143 millions entre 2008 et 2012.

Un phénomène qui ne cesse de se développer avec la multiplication des guerres au Proche et Moyen-Orient (Palestine, Syrie, Irak), en Europe (Ukraine et conflits « gelés » de l’ex-URSS) et dans le reste du monde. La nécessité d’accueillir dans de bonnes conditions ces flux de populations qui ont tout abandonné derrière elles se heurte fréquemment aux contraintes logistiques, économiques et sanitaires de pays le plus souvent en voie de développement, sans véritables ressources pour accueillir décemment et sur la durée ces vagues de réfugiés. Un défi de taille pour la communauté internationale qui délègue dans de nombreux cas aux seules ONG la gestion de ces crises humanitaires majeures. Un sujet éminemment sensible qui méritait que le CAPRI lui consacre une analyse détaillée en partenariat avec le magazine DIPLOMATIE.

Chercheurs et personnalités ayant participé à ce numéro :

Alexandra Bilak
Directrice du département de recherche de l’IDMC (Internal Displacement Monitoring Centre, Genève)

Philippe Leclerc
Représentant du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés auprès de la France

Arnaud Meffre
Head of Office (Eastern DRC), International Committee of the Red Cross (ICRC)

Dr. Elizabeth Ferris
Co-directrice du « LSE Project on Internal Displacement », Brookings Center (Washington)

Jose Riera (en partenariat avec la délégation de l’UNHCR à Bogota)
Senior Policy Adviser au Service d’évaluation et de développement des politiques auprès de l’UNHCR

Dr. Fazil Zeynalov
Chercheur au Center for Strategic Studies under the President of Azerbaijan (SAM, Bakou)

SEM Yashar Teymur oglu Aliyev
Représentant permanent de l’Azerbaïdjan auprès des Nations Unies (New York).

Dr. Alexis Bautzmann
Directeur du Centre d’Analyse et de Prévision des Risques Internationaux (CAPRI, Paris)

Dr. Peter Kabachnik
Associate Professor, Political Science and Global Affairs College of Staten island University of New York

Dr. Agnès de Geoffroy
Chercheur-coordinateur du Ministère français des Affaires étrangères auprès de l’antenne du Centre d’Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales (CEDEJ, Khartoum)

Bethsabée Souris
Chercheur au Centre Population et Développement (CEPED), Université Descartes et CNRS (Paris)

Dr. François-Xavier Bonnet
Chercheur associé à l’IRASEC (Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine, Bangkok)

Cécile Asanuma-Brice
Chercheur associé à la Maison franco-japonaise de Tokyo et directrice-adjointe du Bureau régional Asie du Nord du CNRS à Tokyo

Ilaria Lanzoni
Chargée de mission au sein du Bureau de l’Organisation Internationale pour les Migrations à Haïti

Benoît Mayer
Chercheur à la National University of Singapore Faculty of Law, Singapour

Johanna Baché
Chargée de recherche à l’URD (Urgence Réhabilitation Développement)

Dr. François Grünewald
Professeur associé et directeur du Master Humanitaire à l’Université de Paris Est, directeur général et scientifique du groupe URD (Urgence Réhabilitation Développement)

Caterina Bolognese
Head of the Council of Europe Office in Georgia


COUVGDD22.indd

Pour commander ce numéro, cliquez ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous contacter

Le CAPRI est localisé à Paris (siège) et dispose de bureaux dans 14 pays étrangers.